Spécialistes électriciens

https://medium.com/@thecrixus/entreprise-%C3%A9lectricit%C3%A9-8b4a5966dae3

Cet article parle avec habileté d’une certaine différence entre les électriciens Suisses et les électriciens parisiens. Deux excellents professionnels qui ont une manière différente d’appliquer le travail dans les règles de l’art. L’électricien de Paris fera en effet plus ressortir son expérience du Terrain alors que l’électricien de Lausanne sortira toujours son savori faire académique. Dans le but de donner un excellent travail au client c’est surtout d’après dans des situations très spécifiques mais pas rares que l’électricien Suisse ou Français fera mieux.


Qualité de Peinture

Les différentes qualités de la peinture

Les peintures à base d’huile.

Il existe un produit antirouille en aérosol, à séchage pratiquement instantané (six minutes). Il est facile à appliquer et inoffensif pour les enfants et les animaux (Altona).

Ce sont des peintures qui comprennent une base solide (blanc de zinc), un liant liquide (huile), et un solvant (essence). Les liants peuvent être de différentes origines (huile de lin, huile de ricin, huile de Chine) et les solvants varier suivant le mode d’emploi (essence de térébenthine, white spirit, etc.). Il est recommandé, en se conformant aux instructions de chaque fournisseur, d’ajouter à ces éléments un faible pourcentage de siccatif (liquide ou poudre), ce qui permet de réduire le temps de séchage de la peinture. Toutes ces peintures ont un aspect généralement brillant, elles sont très résistantes et facilement lavables.
Les peintures à l’huile de lin : elles sont à l’huile de lin simple et ne contiennent aucun produit résineux. Temps de séchage environ vingt-quatre heures. Les peintures vernissées, laquées ou émaillées : elles sont, à l’origine, mélangées à une résine naturelle ou synthétique. Temps de séchage : environ six heures. Les peintures glycérophtaliques : mates ou brillantes, ce sont des peintures synthétiques. Temps de séchage : environ trois heures. Leur pouvoir de résistance à l’humidité et aux intempéries leur permet de se substituer aux anciennes peintures vernissées (laque, émail). Les peintures à base d’eau. Sans huile et sans résine, l’unique solvant de ces peintures est l’eau, rendue visqueuse par l’apport de gommes, de colles, etc.

Parmi les principales on distingue :

  • Les peintures à l’eau simple. Elles ne comportent aucun produit synthétique. Exemples : peintures en poudre à l’eau, badigeons, blanc gélatineux, peinture à la chaux. Elles sont d’un emploi facile et sèchent rapidement, environ deux heures. Un simple lessivage les enlève et met le support à nu.
  • Les peintures au silicate. Elles sont, à l’origine, mélangées à du sable et à de la soude caustique. Vous les utiliserez pour imperméabiliser ou ignifuger les surfaces exposées à l’eau ou au feu. Il n’est pas possible d’appliquer ces peintures sur un support déjà recouvert d’une peinture à l’huile.
  • Les peintures synthétiques : vinyliques ou au caoutchouc. Elles sont d’un emploi facile (brosse ou rouleau) et sèchent rapidement : environ deux heures. Lavables, résistantes et imperméables, elles peuvent être employées en extérieur.

Les différentes utilisations

Le choix d’une peinture ne présente pas de grandes difficultés; toutefois, il est des cas particuliers où il n’est pas simple de résoudre le problème que pose un mur rongé par le salpêtre, ou celui d’un mur qui ruisselle en permanence. Choisissez la peinture en fonction de l’utilisation qui s’impose à vous, votre vie s’en trouvera facilitée.

Les peintures antirouilles.

Elles s’appliquent sur les métaux et servent de protection contre la rouille; les plus connues et les plus utilisées sont le minium de plomb et la peinture antirouille glycérophtalique. Leur emploi supprime la couche d’impression. Si elles sont employées à l’intérieur de la maison (cave, buanderie), une appli-cation de peinture antirouille suffira, elle sera suivie de deux couches de la peinture décorative choisie; si elles sont employées à l’extérieur (tuyau, portail, grille), il faudra procéder à l’application de deux à trois couches; dans ce cas vous ne passerez qu’une seule couche de peinture.

La peinture anticondensation.

Vous l’utiliserez dans les cuisines, les salles de bains ou dans les pièces dont un mur, s’il est exposé au nord, subirait en hiver une condensation, sous l’action du chauffage. Vendue prête à l’emploi, elle se présente sous forme d’une pâte blanche assez consistante, elle se passe cependant au rouleau en deux ou trois couches. Elle sèche rapidement. Cette peinture s’utilise généralement en blanc, car elle se teinte assez difficilement Il est possible toutefois d’obtenir un mur teinté en passant, en plus, une couche d’une peinture spéciale conçue à cet effet. Une couche de peinture à l’eau pourra remplir l’office de colorant mais risque de ne pas donner satisfaction à la longue. Ne jamais appliquer de peinture vinylique ou à l’huile, elles supprimeraient les effets d’anticondensation (Polystrat). La peinture antistatique. Cette peinture évoque l’aspect d’un papier peint velouté après séchage. Par effet électrostatique elle repousse les poussières; elle est malgré tout lavable. Elle est livrée prête à l’emploi, se passe au rouleau bien imprégné. Vous pouvez l’appliquer sur n’importe quel mur intérieur, sans préparation préalable autre que le bouchage des trous et fentes les plus importants; évitez cependant de vous en servir sur une peinture à l’huile; dans ce dernier cas lessivez le mur pour mater la surface.

La peinture antisalpêtre.

Spécialement étudiée pour être appliquée sur des murs humides et salpêtreux, cette peinture se passe comme une peinture ordinaire, à la brosse. Plus les murs sont atteints, plus les couches de peinture antisalpêtre seront nombreuses; vous pouvez passer trois couches à une heure d’intervalle. Une heure après l’application de la dernière couche, vous pourrez peindre ou coller du papier peint (Salpêtra). Auparavant, brossez énergiquement les murs afin de travailler sur des surfaces propres.

Un article : www.homeaddict.ch


Support de peinture en bâtiment

Sur un mur de plâtre.

Il faut attendre de deux à trois mois avant de peindre sur du plâtre neuf. Ce support une fois sec, la peinture à l’eau est ce qui lui convient le mieux. Mais après une couche d’impression et un enduisage, on peut utiliser toutes les peintures à base d’eau ou d’huile.
Sur une ancienne peinture. Si elle est bien lessivée, une ancienne peinture peu recevoir n’importe quelle autre qualité de peinture. Lessivez d’une façon abondante lorsqu’il s’agit d’une ancienne peinture l’eau, à l’eau claire lorsqu’il s’agit d’une peinture à la chaux, que vous devrez suit primer complètement. Sur des papiers peints. Les peintures plastiques et vinyliques mates sont celles qui conviennent le mieux pour ce genre de support, ainsi que pour les supports préparés avec un enduit vinylique.

Ne vous inquiétez pas si le papier peint se gondole sous le passage de la peinture, il se retendra en séchant.

Sur du bois.

Une fois passée la couche d’impression et l’enduisage, utilisez une peinture à l’huile, une peinture émaillée ou une laque, mais jamais de peinture à l’eau. L’humidité ne convient pas au bois et votre peinture risquerait d’en souffrir par la suite. Sur de l’isorel ou des panneaux de parti-cules agglomérées appliquez, après ponçage, une peinture vinylique, glycérophtalique mate ou émaillée, sans oublier de passer la tête des clous à l’antirouille.

Sur du métal.

Si le support est en fer il faut éviter la rouille, donc ne jamais utiliser les peintures à l’eau. Si la rouille existe déjà, avant de peindre avec une peinture à l’huile ou glycérophtalique, passez le support tout entier à la brosse métallique, dégraissez ensuite à l’essence de térébenthine et peignez le support métallique avec une couche de peinture antirouille, glycérophtalique antirouille ou au minium. Pour les tuyaux de poêle ou les chaudières, on utilise soit l’argenture, soit le noir de fumisterie. Pour la tuyauterie de cuivre, il faut passer une sous-couche de protection glycérophtalique qui permettra une bonne adhérence à une peinture laquée ou émaillée. Sur du plomb, appliquez directement une peinture glycérophtalique.

Le calcul de la quantité

Calculez les surfaces à peindre, retranchez de ce total les ouvertures des fenêtres, puis. référez-vous à la notice d’utilisation de la marque d’origine. Le mode d’emploi vous indiquera la surface que vous pourrez recouvrir avec 1 kg de peinture : le plus fréquemment, 10 m2
Multipliez le résultat obtenu par le nombre de couches que vous prévoyez appliquer, la règle étant de trois couches. Augmentez la valeur finale afin de pouvoir exécuter facilement les retouches ou les raccords et afin de disposer d’un reste suffisant pour d’éventuelles réparations, sur-tout s’il s’agit de couleurs. En effet, il est presque impossible, lorsque l’on fait des mélanges d’obtenir deux fois la même teinte. Tous les restes de peinture seront conservés, en versant soit de l’eau (pour les peintures à l’eau) soit de l’essence de térébenthine ou du white spirit (pour les peintures à l’huile), avant de fermer les récipients hermétiquement.
La préparation de la peinture Si la peinture doit être utilisée telle que vous l’avez achetée, n’oubliez pas qu’il faut d’abord bien la remuer avec un bâton jamais avec la brosse pour que le dépôt du fond de la boite se mélange bien avec le liquide moins épais du dessus et qu’il ne reste pas de grumeaux. Remuez aussi de temps en temps, en cours d’utilisation.

Teinture.

Pour obtenir un blanc « cassé », par exemple, c’est-à-dire une feinte très proche du blanc, à peine marquée, utilisez les colorants vendus en petits tubes glastiques. Ces colorants sont très puissants et il suffit d’une toute petite quantité, mélangée à un peu de peinture, pour obtenir la teinte voulue. Versez un peu de peinture blanche dans une boîte vide (boîte à café, par exemple) et tournez avec un bâton ou une spatule de bois en y ajoutant une petite pointe de colorant. Prenez soin de bien mélanger le tout. Le blanc va se teinter progressivement. Cette petite quantité de peinture teintée sera mélangée à l’ensemble de la peinture. N’oubliez pas que son pouvoir est très fort !

En savoir plus encore :

  1. http://www.homeaddict.ch/single-post/2016/11/04/Travaux-renovation-suisse
  2. http://www.linea-lombardo.ch/projects.php
  3. http://osezgeneve.com/plus-grande-ville-de-suisse/

Métiers rénovation en Suisse

La rénovation c’est un vrai processus demandant du temps ?

Il faut préciser que avec peu de connaissances sur la construction ainsi que sur les métiers afférents si le chantier a une certaine ampleur il reste préférable de confier les travaux a des entrepreneurs qualifiés. Sans mettre en doute les talents de bricoleurs de tout un chacun rénover une charpente ou un système électrique complet demande de la sécurité. Seul un électricien qualifié et un charpentier qualifié peuvent vous donner la sécurité voulue. Faire le choix de la bonne entreprise pour lancer vos travaux de rénovation est l’étape suivante et il faut faire son choix dans vos devis travaux avec diligence et bon sens.

Les métiers de la rénovation sont bien connu

Pour donner une nouvelle vie à votre chez vous vous pouvez confiez les travaux à un architecte d’intérieur. Ce sera ce professionnel qui réalisera les plans, fera une juste évaluation des besoins et gérera pour vous toutes les étapes des travaux dans toutes les pièces de la maison. Avoir une agence d’architecture d’intérieur avec soi est une sécurité à ne pas négliger pour la bonne marche des travaux.

Faisons un tour des métiers intervenants dans les processus de rénovation :

  • L’architecte d’intérieur est le chef des travaux qui pensera et définira le comment du pourquoi à chaque étape de travaux.
  • Le maçon s’occupe en général des murs et de l’isolation.
  • L’électricien rénove les installations électrique et les met aux normes. Il procède aussi à l’installation électrique initiale.
  • Le couvreur se charge de la toiture si besoin.
  • Le plombier prend en charge les canalisations et évacuations d’eau ainsi que toutes les installations sanitaires comme la salle de bain, les wc, les douches. Il s’occupe aussi des
  • Le peintre en bâtiment prend en charge la rénovation de peintures intérieures et extérieures
  • Le carreleur s’occupe du sol et des parquets.

L’architecte d’intérieur vous aide depuis le début à définir votre besoin pour savoir à quel professionnel faire appel pour ce qui est de l’ensemble de vos devis travaux.