Un bon cadeau de chirurgie esthétique, c’est risqué ? Je confirme que cela se fait. Bien sûr, ce sont des cadeaux généraux. Ces dernières années, les bons ont été très populaires, de sorte que le bénéficiaire lui-même peut choisir ce qu’il veut faire.

Et qu’est-ce qui est choisi pour la plupart d’entre eux ? L’accent est mis sur les traitements de comblement soit les injections ou d’autres traitements anti-âge. De véritables interventions chirurgicales peuvent également être offerte en cadeau par un proche, peut-être une mastoplastie additive désirée depuis de nombreuses années, mais elle est plus rare.

Qui donne les cadeaux ? D’habitude c’est le conjoint ou la conjointe. Mais il y a aussi une augmentation des cadeaux entre amis, par exemple.

Une tendance croissante, également grâce aux coûts ? Oui, ils sont plus accessibles qu’une fois et donc plus accessibles comme cadeaux. Nous partons de quelques centaines d’Euros : les charges sont minimes et le botox encore moins. L’achat d’un smartphone coûte plus cher. Mais je pense que la principale raison du succès est une autre.

Quelle est la raison de ce succès ? La qualité est beaucoup plus élevée. Aujourd’hui, les liftings sont magiques, ils sont devenus un art. Vous ne rajeunissez plus seulement une personne, mais vous l’embellissez tout en conservant un aspect naturel. Si le spécialiste est bon, il n’est plus possible de penser à des résultats grotesques comme cela arrivait parfois.

Meilleurs résultats alors. Et quels sont les traitements les plus populaires ? Ceux de la médecine esthétique. Les remplisseurs déjà mentionnés et le botox, puis les vitamines et les acides aminés pour hydrater la peau. Nous sommes de l’ordre de milliers par an, alors qu’il y a des centaines de chirurgies.

En 2019 qu’est-il proposé de plus  ? Jusqu’à il y a quelques années, la chirurgie la plus populaire était la liposuccion. Aujourd’hui, depuis environ quatre à cinq ans, on leur a ajouté des mastoplasties mammaires. Pour les hommes, il y a une augmentation des interventions contre la calvitie, qui est moins acceptée aujourd’hui.

Quelles sont les dernières tendances en médecine esthétique ? Matières de comblement pour redresser le nez – utilisées par les femmes et les hommes – ; traitements pour embellir le front et les tempes ; acide hyaluronique – ou prothèses, selon le cas – pour renforcer et rendre le menton plus visible. La tendance générale est d’accentuer les traits du visage, qui sont plus triangulaires qu’auparavant.

Les canons ont-ils aussi changé ? C’est vrai : le visage était une fois de plus ovale, aujourd’hui il ne l’est plus. La physicienne, en revanche, se veut prospère, elle n’est plus androgyne.

Ces modèles sont-ils réalisables ? Pas toujours. Il y a aussi des limites. Si nous élargissons le discours, il arrive que des patients arrivent, souvent déjà opérés plusieurs fois, avec des attentes irréalisables : nous avons le devoir de le faire savoir. En général, la règle est la suivante : lorsque l’aiguille de la balance pend plus vers le risque que vers le bénéfice, alors il vaut mieux abandonner.

Les mineurs viennent-ils aussi demander des prestations de médecine esthétique ? Oui, mais ils ne sont pas si fréquents. Ils nécessitent souvent des mesures correctives, comme dans le cas des oreilles qui battent des ailes. Bien sûr, il faut obtenir le consentement signé de l’autorité parentale et les raisons doivent être discutées encore plus sérieusement.

Comment savoir si vous avez choisi un bon spécialiste si vous optez pour la chirurgie esthétique ? Le chirurgien doit être disponible. Je recommande toujours une visite : à la fin de la visite, vous devez avoir obtenu 100% des informations sur l’opération. La transparence est essentielle : un patient informé et conscient est un patient heureux.

Augmentation mammaire avec graisse à Lausanne